A way to reach out

" Quiet! "

♦ Demain, c’est mon anniversaire. Demain, il n’y aura rien à raconter.
Parmi mon groupe de connaissances, la première a fêter ses dix-huit ans était mon Amie. On a organisé une fête surprise avec ses sœurs. Personnellement, je n’étais pas trop pour parce que je sais qu’elle n’aime pas trop les fêtes, surtout après une journée de cours mais j’ai juste suivit le mouvement. Finalement, elle nous a tous remercié, j’espère qu’elle le pensait.
La deuxième, c’est moi. Le jour de mon anniversaire, la plupart étaient sensées revenir d’un voyage en Argentine malheureusement annulé à cause du coronavirus. On voulait me ramener un cadeau de là-bas puisque j’ai décidé de ne pas y aller. Finalement, on m’a demandé comment je voulais fêter mon anniversaire pour qu’elles puissent s’arranger de leur côté.
Il y a quelques jours, c’est ma mère qui m’a demandé ce que je voulais qu’elle cuisine pour moi.

Moi, tout ce que je voulais, c’était me retrouver seule avec moi-même. Alors je voulais prendre l’argent de mon anniversaire pour louer une nuit dans un hôtel chic, en buvant et fumant un peu n’importe quoi, sortir dehors la nuit aussi, parce que j’ai pas le droit. Et me réveiller tôt le lendemain pour aller visiter des galeries d’art, me poser dans un joli parc parisien. J’avais juste l’ambition un peu naïve de rendre ce jour spécial en faisant des trucs d’adulte, une compilation de conneries parce que j’étais fatiguée. Terminer en apothéose.
Puis je me suis résignée, persuadée par presque tous ceux à qui j’en ai parlé qu’un anniversaire, des dix-huit ans en plus, ça doit être génial comme si je ne pouvais pas m’amuser en solitaire. Alors, j’ai pris le parti d’un pique-nique et d’un film en plein air (j’ai retrouvé le projecteur portatif de mon père) avec ce même groupe de potes mais en énonçant le lieu, un parc que j’affectionne particulièrement parce qu’à chaque fois que j’y suis allée c’était un merveilleux souvenir, une d’elle a rappelé que c’était vraiment loin (presque deux heures de transports) et j’ai compris qu’il leur était inconcevable de faire le trajet.
Enfin, le confinement. Et ma mère qui a décidé de faire un barbecue devant mon indécision alors qu’elle sait pertinemment que je n’aime pas vraiment ça.

Je n’en veux à personne d’avoir voulu faire de mon anniversaire un événement qu’ils pensaient être approprié pour que ce soit un jour inoubliable. Seulement, je n’ai fait qu’être témoin et presque victime de leur égoïsme inconscient… Réalisant, encore, que je suis mieux seule.
En définitive, j’espérai simplement faire quelque chose qui me corresponde pour cet anniversaire, étant le dernier pour lequel je m’impliquerai émotionnellement, cessant enfin ce tourment des "joyeux anniversaire" de personnes qui ne me connaissent même pas, de devoir recevoir des cadeaux sans aucun sens en prétextant être heureuse et cette torture annuelle qu’était de voir des enfants toucher et plus rarement voler mes affaires sans que j’ai mon mot à dire alors que c’était...
Ah...
Je voulais juste la fin de cette "fête" qui n’a aucune légitimité quand on regrette son existence.