A way to reach out

"Moi, monter sur les planches ? Pitié ! On voit bien que vous me connaissez mal. Un comédien doit être à 90% dans son corps et à 10% dans sa tête, c’est connu, or chez moi c’est précisément l’inverse. Je ne suis même pas capable de jouer mon propre rôle."
Et je danse aussi Anne- Laure Bondoux, Jean-Claude Mourlevat

Adulthood

♦ Hier, j’ai demandé à mon père de fermer les portes de la voiture quand il écoute de la musique. Il l’a fait mais j’entendais toujours les basses et, privées d’écouteurs, rien ne me permettait de fuir ces vibrations intrusives malgré le fait qu’une porte me sépare du jardin et que j’ai des boules Quiès. Crise de larmes, hausse du rythme cardiaque, dents serrées… J’étais enragée. J'ai tapé sur la voiture, claqué des portes. Le peu d'énergie et de colère qui restait s'est retourné contre moi. Encore. En ce moment, je me sens acculée comme une proie. Avant, (...)

Blanc

♦ Depuis le début de cette semaine, je ne me suis pas arrêtée. Permis, rendez-vous psy, Parcoursup, BAC, rattrapages, relations sociales, relations familiales, hygiène de vie... Drôle d'idée que de citer le dernier dans cette liste de préoccupations parce que c'est la tâche que j'ai le plus négligé. Ce n'est pas que je m'en occupe tant que ça d'habitude, mais me forcer à y penser cette semaine en plus de tout le reste... Je... Par où commencer ? - Je n'ai toujours pas finalisé le dossier pour passer le permis. - Je ne me suis pas présentée à la mairie de ma ville pour (...)

Comme chien et chat

♦ J'ai eu mon BAC mention assez bien. Et dire que ce truc me promet d'avoir la paix pour au moins les vacances... Mais j'ai l'impression que c'est juste le début ? Ma mère me harcèle déjà pour le permis, ensuite je vais devoir réussir ma L1... Et encore, ce n'est que ce qui va arriver dans mon avenir proche. Je n'arrive pas à me réjouir parce que ce diplôme ne représente rien pour moi et c'est la porte ouverte à milles autres problèmes... Aujourd'hui donc, je suis allée récupérer mon relevé de note et j'ai appris que mon amie devra passer les oraux de rattrapage. Je suis (...)

Monts

♦ Comment est-ce qu'on appelle une personne coincée sur une terre qui lui brûle les pieds ? L'enfer ? Ah, non, enfin si... À peu de choses. On le nomme l'exilé. Un exil... Particulier ? Pourtant, c'est bien ici que je suis née. Qu'est-ce que j'ai oublié à "Walheim" ? Avant de m'y rendre... Je me complaisais dans mon confort. Je ne veux plus avoir pied dans cette marée sinueuse. Il faut monter. Retour des champs, Sofi (...)

Tourmentée

♦ J’écrivais hier, je pensais déjà que tout allait mieux. Malheureusement, il faut bien peu de choses à un esprit comme le mien pour se mettre à ramper pitoyablement, encore… Je viens de réaliser à quel point ce monde est affreux. Hier soir et aujourd’hui, tout ce que j’ignorais volontairement m’est revenu en pleine face. Inutile de faire un éventail de toutes les horreurs que j’ai lu. Je réalise seulement… Oui… À quel point ce monde est dangereux, haineux, sans pitié. Comment l’expliquer ? J’ai ce sentiment d’inadéquation, de peur, d’angoisse liée à ce (...)

Pré-mortem pessimiste

♦ Une chambre, donnant sur un jardin de fleurs. Papillons, table et chaises ou balancelle. Robe longue et large, cheveux détachés. Regard perdu dans le vide, larmes. Paralysie dans une cage dorée. Jeune femme assise avec hortensias, Henri Lebasque (...)

Graham

♦ La vie est un jeu et je suis en train de perdre. Si seulement je savais à quoi je joue, et comment... Je me lasse. (...)

Chimères

♦ Cette nuit, j'ai rêvé et je m'en souviens. J'ai été enlevée avec d'autres, qui étaient des peluches dotées de parole... Au même moment, je me voyais en train de montrer l'endroit où j'ai été séquestrée à une quelconque autorité, ou alors je me délivrai moi-même... C'était terrifiant. Je suis une de ces personnes qui ont peur de dormir seules la nuit. Néanmoins, il peut advenir que je m'endorme sans trop être angoissée. Malheureusement, ce n'est pas monnaie courante. Je pense que ma maison idéale découle de cette crainte. En effet, si j'ai un avenir, j'aimerai vivre (...)

Blessed are those who see and are silent

♦ Il y a quelques dizaines de minutes, je me suis... Disputée... Avec ma famille...? Je n'ai pratiquement pas crié. C'était... Surréaliste. C'est exactement le mot, je n'étais pas concernée, je l'ai vécu comme un rêve. Ou plutôt un cauchemar... Je n'en sais rien, c'était beaucoup trop de choses en même temps, une confusion... Bien que je n'étais pas vraiment étonnée. C'est toujours la même chose, mais je l'ai déjà dit. On dirait que ça me contamine... Je ne m'étalerai pas sur l'origine de cette énième dispute parce que j'en ai honte. Cette situation est repoussante. (...)

Pensées

♦ En début de semaine, je me suis levée tôt et je suis allée à Furet du Nord. Je voulais acheter une bande dessinée. En m'habillant, je me suis demandée si cette BD me serait utile, et non. Mais j'en avais envie. En ce moment, je dépense beaucoup. En fait, je dépense ce que j'avais économisé pour le voyage. Malin... Je sais que dépenser de l'argent pour se sentir mieux, c'est dangereux. Bon... Je ne dépense pas non plus une quantité astronomique d'argent, c'est juste que je n'ai pas dépensé autant depuis très longtemps, il y a une impression d'étrangeté. Donc cette bande (...)

Lover is a Day

♦ This place is just somewhere for me to whine. Est-ce que j'ai écrit ici que je pensais être autiste Asperger ? Si non, eh bien c'est fait. Hier et encore aujourd'hui, je pense que j'ai été en shutdown, puis en meltdown. Je suppose que c'est difficile à faire comprendre à ceux qui n'en n'ont pas vécu. Un shutdown, si je cite https://www.philosophine.fr/, c'est en gros... Enfin, non. Parlons de moi, vous ferez la comparaison si vous en avez envie. Hier, je me suis levée épuisée, comme de nombreux matins. J'ai voulu être enjouée alors j'ai souris. Apparemment, si on a envie (...)

LiiTCHii

♦ J'ai récemment recommencer à jouer à des jeux en ligne (environ une semaine). Il y a déjà un bon moment que je n'y avais pas joué. Depuis mon plus jeune âge, j'ai pris l'habitude de parler à des inconnus à travers mon écran au point de confondre cette vie avec mon quotidien IRL ("in real life"). J'étais plus à l'aise sur l'ordinateur : appréciée, entourée, douée. Tout le contraire de ma vie en cours par exemple. Un peu moquée, timide, je me fichais de mon apparence (en même temps, en primaire ce n'est pas spécialement une priorité normalement). Mais globalement, j'ai (...)

Play with fire

♦ J'ai besoin de grosses basses. Des machines qui te niquent toutes les capacités auditives que t'as pu avoir jusqu'à ce moment. Et un son... Un truc qui fait trembler la maison. Je veux sentir mon cœur danser, se balancer. Je veux faire exploser ce truc reliés à quelques artères, ce truc si chétif, et responsable de tout. Je ne veux plus rien entendre à part ça. Je ne veux plus entendre ma conscience, mes désirs, ma culpabilité. Je veux faire exploser toutes ces voix, je ne veux rien savoir, je ne veux pas qu'on me demande mon avis, je ne sais pas quoi faire, je ne sais rien, je (...)

Lofi

♦ Aujourd'hui (23:53), il y a de l'orage et une pluie diluvienne. Je n'ai pas une peur panique de l'orage, et ce n'est pas que je n'aime pas ça... C'est juste que j'ai une émotion étrange qui me traverse, temporairement mis en arrière plan par ma curiosité. Un orage, c'est rare et ce qui est rare mérite d'être vu. Je profite de l'expérience. En ne laissant dépasser des rideaux qu'une paire d'yeux, les miens, j'épie le moindre éclairs qui ne manque jamais de me surprendre. La fenêtre en bien évidemment entrouverte, pour que je puisse entendre les grosses gouttelettes s'écraser (...)

My fair Lady

♦ J'ai proposé mon aide à une fille de ma classe en littérature. Depuis le début du confinement, j'ai proposé mon aide à mon cercle de connaissances proches et on me le rend bien même si je ne m'y attendais pas. Cette fille à qui j'ai proposé de l'aide, mon Amie ne l'apprécie pas particulièrement. Intéressée par mon approche en philosophie en particulier (parce que je m'en sors bien dans la matière), elle me posait des questions sur mes notes, m'encourageait à participer. Fondamentalement et même si elle ne le montrait pas, j'ai vite compris qu'elle était compétitrice et (...)

Some mistakes get made

♦ Je me demande comment hiérarchiser la douleur. Quand on souffre, on sait généralement distinguer la souffrance physique et psychologique parfois liée. On imagine aussi facilement que la souffrance liée à une gêne n'est en rien comparable à un deuil par exemple. Néanmoins, tout est dans la nuance : si ma gêne est continuelle, j'aurai plus de difficulté à la placer en dessous d'un deuil, pour plusieurs raisons d'ailleurs : elle peut m'empêcher de réaliser tel projet ou j'aurai du mal à entretenir des relations longues... Elle m'impactera plus ou moins fortement dans la vie de (...)

"Je répondrai ultérieurement" - "prend tout ton temps"

♦ Aujourd'hui j'ai réalisé que ne pas être forcément moi-même tous les jours rendait l'atmosphère plus "légère" autour de mon Amie. Et moi, ce qui rend ma journée supportable, c'est de la voir heureuse. Pourtant, je vais la quitter dans quelques mois... Si on reprend la fable du Lièvre et de la Tortue, Elle serait clairement la Tortue. Lente certes, mais modérée, résolue... Bien plus qu'on le penserait. On lui jette des cailloux mais sa carapace la protège et elle avance. À côté, je suis ce foutu Lièvre, je sprinte et je tombe puis je me relève en répétant l'opération. (...)

L'Autre côté

♦ On n'a pas pu aller au Jardin d'Enfants. On a pas pu. C'est une appellation de mon journal de 2016. À quel endroit fait-elle référence, cette ancienne moi ? Pourquoi voulait-elle tant y aller ? Pourquoi écrire quelque chose qui n'est pas arrivé... (...)

Προμηθεύς

♦ Il y a quelques mois, j’avais lu le journal d’Eric Harris et celui de Dylan Klebold. Outre leur contenu ou ce qu’ils ont fait, j’ai juste repensé à ma propre mort et à mes journaux intimes. Les premiers sont vraiment pitoyables. Exactement le cliché du journal intime, parce que je voulais faire comme tout le monde. Avec le temps, la pratique est devenue has been mais j’ai (avec certainement d’autres courageux) continué à écrire. Moins par plaisir mais par nécessité. Je suis passée par la peur de l’oubli, la volonté de laisser un héritage intellectuel, la (...)

Brown turns carmine

♦ Il y a une semaine environ, ma mère a trouvé une boîte de Xanax. Naturellement, elle s'est d'abord tournée vers moi. Ce qui est incroyable, c'est toujours son regard : le même que celui qu'on porterait pour signifier à un enfant qu'il a fait quelque chose de mal et qu'il ne faudra pas recommencer. Une violence pour effacer celle qu'on vient de subir. Mais... Non, ce n'était pas moi. Non, c'était mon père. Je me disais bien qu'il allait craquer à un moment ou à un autre à force d'être au milieu de chaque dispute mais apparemment pas du tout puisqu'il n'a pas entamé la boîte. (...)

Pour plus de lecture, consulter les archives : mars 2020, avril 2020, mai 2020, juin 2020, juillet 2020.